ACCUEIL PARTENAIRES CONTACT LES ARTISTES MUSIQUE ET JARDINS LES IMPROMPTUS BILLETTERIE INFOS PRATIQUES LE FESTIVAL
logo les impromptus

DES MUSICIENS...

Edwin CROSSLEY MERCER


Edwin CROSSLEY MERCER
baryton basse


Très remarqué dès ses débuts, Edwin Crossley-Mercer a tout de suite trouvé sa place au sein de la génération montante française et il est aujourd’hui présent sur les plus prestigieuses scènes internationales. Après des études à Versailles et Berlin, il fait ses débuts en 2006 dans Don Giovanni à Berlin, rôle qu’il reprend à Dijon en 2013. En 2009, il chante Guglielmo (Così fan tutte) au Festival d’Aix-en-Provence, puis fait ses débuts l’année suivante à l’Opéra National de Paris dans Ariadne auf Naxos (Harlekin). Suivent La Juive (Albert) à Amsterdam, Amadis (Florestan) à l’opéra d’Avignon, La Cenerentola (Dandini) à l’Opéra national du Rhin, Hippolyte et Aricie (Thésée) aux Festivals de Beaune et de Versailles, Castor et Pollux (Pollux) au Théâtre de Champs-Elysées. À Berlin (Staatsoper et Komische Oper), il chante dans La Bohème, Der Freischütz et Doktor Faustus sous la direction de Daniel Barenboim. Par la suite, Edwin Crossley-Mercer fait ses débuts américains dans le rôle de Figaro (Le Nozze di Figaro) avec l’Orchestre Philharmonique de Los Angeles et Gustavo Dudamel et se produit dans Platée (Jupiter) à New-York, Vienne et Paris. Il incarne Jean-Jacques Rousseau à Genève dans la création de Philippe Fénelon JJR et campe Leporello (Don Giovanni) au Festival de Glyndebourne, ce qui marque ses débuts outre Manche. De retour sur la scène de l’Opéra National de Paris, il interprète avec un grand succès Papageno (Die Zauberflöte) avant de chanter La damnation de Faust à Baden Baden avec le Berliner Philharmoniker. Il fait également ses débuts au Japon, au Festival Saito Kinen, dans le rôle de Claudio (Béatrice et Bénédict). La saison 2014-2015 est marquée par Lescaut (Manon de Massenet) à Dallas, la création de Mauerschau au Bayerische Staatsoper et La damnation de Faust (Brander) à l’Opéra de Paris. En concert et récital, il se produit à Bayreuth et New York (Carnegie Hall), en passant par Paris et Saint-Pétersbourg, avec notamment le Bayerischer Rundfunkorchester, l’Orchestre National de France ou la Philharmonie de Berlin sous la direction de Simon Rattle. Lauréat en 2007 du HSBC Foundation Award et 1er prix du concours Lili et Nadia Boulanger, il a enregistré Les Motets de Marc Antoine Charpentier (dir. Frederic Desenclos), Arias and Opera Extracts de Lully avec La Chapelle Royale de Versailles (dir. O. Schneebeli), et Carmina Catulli un cycle composé par Michael Linton, le compositeur américain avec lequel il a enregistré deux albums. Il participe aussi aux enregistrements de Amadis de Lully ainsi que Hercule Mourant avec les Talens Lyriques (dir. Christophe Rousset). Il enregistre également des mélodies de Nadia Boulanger pour Delos. Il revient en 2017 au Palais Garnier dans Così fan tutte, et il participe à de nombreux concerts et récitals en Europe et aux Etats-Unis. Il chante également la IXe Symphonie de Beethoven à Belfast, La Bohème à Perm, Dortmund et Baden-Baden, Don Giovanni à Santiago du Chili, La damnation de Faust à Malmö, Dresde, Amsterdam, Hambourg et Vienne, et Orlando Paladino (Haydn) à Munich. Au cours de la saison 2018/2019, Edwin retourne au Theater an der Wien pour Guillaume Tell (Walter Fürst) et se produit dans les Boréades dans les rôles d’Apollon et Adamas à l’Opéra de Dijon. Il chante en concert L’enfance du Christ et La damnation de Faust avec l’Orchestre National de France. Parmi ses projets figurent Hippolyte et Aricie (Thésée) à l'Opéra de Zurich, ainsi que Castor et Pollux (Castor), Cenerentola (Dandini) et Fidelio (Don Fernando) au Bayerische Staatsoper. Il retourne également à l’Opéra de Paris dans le rôle d’Osman dans Les Indes Galantes et pour une nouvelle production de L’Enfant et les sortilèges. En parallèle à sa carrière de chanteur, Edwin est engagé régulièrement en tant que compositeur et chef d'orchestre (Theater an der Josephstadt, Wien).

Thierry SIBAUD


Thierry SIBAUD
piano


Après ses études musicales au CRR de Boulogne-Billancourt (classe de Marie Paule Siruguet), puis au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris, il se perfectionne pendant cinq années avec Konrad von Abel, assistant du Maestro Sergiu Celibidache.
Sa rencontre avec le pédagogue Peter Feuchtwanger, avec lequel il a travaillé en Allemagne et à Londres, marque un tournant dans son approche du clavier. Il s'intéresse également aux instruments anciens (pianoforte avec Patrick Cohen au CRR de Paris). Il se produit en récital, et en musique de chambre : auditorium de l'UNESCO, Château de Versailles, Opéra de Massy, Festival Piano à Riom, Festival de Grenoble, Hôtel de ville de Grenoble, musée de la révolution française, Actors Church de Covent Garden à Londres (Royaume Uni), Feuchtwangen (Allemagne), Kaunas (Lituanie). Avec le violoniste Fabien Roussel, il se produit régulièrement en musique de chambre.
En juillet 2012, à l’occasion du cinquantenaire de la disparition du pianiste Alfred Cortot, il assure la direction artistique d’une semaine de célébrations musicales, conférences, master class, concerts, expositions : les Journées Internationales Alfred Cortot, à Tournus en partenariat avec l’École Normale de Musique de Paris. Il est également le conseiller artistique des Impromptus, Festival de musique de chambre en Mâconnais-Tournugeois, depuis sa création en 2016. Après avoir enseigné au Centre de musique baroque de Versailles, il enseigne le piano au Conservatoire de Grenoble dont il coordonne le département piano depuis 2016. En tant que pédagogue, il est régulièrement invité lors des jurys des examens des conservatoires à rayonnement régional (Saint-Etienne, Aix en Provence, Montpellier, Perpignan...).

Alexandre DOISY


Alexandre DOISY
saxophone


Alexandre Doisy débute l’apprentissage de la musique à l’âge de 6 ans. Il attire rapidement l’attention des professionnels qu’il côtoie par son aisance technique, son expressivité et sa musicalité. La confirmation arrive lorsqu’il est admis, à 15 ans, au CNSM de Paris, où il obtient le diplôme de formation supérieure mention très bien - 1er prix de saxophone à l’unanimité - puis effectue un cycle de perfectionnement de deux ans, tout en poursuivant l’apprentissage du piano et de la direction d’orchestre. Il est lauréat de prestigieux concours internationaux : il remporte notamment le 1er grand prix Adolphe Sax du 2ème concours international de Dinant (Belgique) en 1998, le 2ème prix - pas de 1er prix décerné - et le prix du public du 50ème concours international de l’ARD de Munich en 2001 et le 1er prix du 2ème concours international Jean-Marie Londeix de Bangkok en 2008. Il est également lauréat de la Yamaha Music Foundation of Europe en 2000 et lauréat de la Fondation d’entreprises Groupe Banques Populaires en 2001. Alexandre Doisy se produit régulièrement en tant que soliste, accompagné par l’Orchestre de la Radio de Munich, le MDR Symphonie orchester de Leipzig, l’Orchestre Symphonique de Saint Petersbourg. Ses prestations en récital avec piano ou au sein de différentes formations de musique de chambre l’ont déjà conduit dans la plupart des pays européens, ainsi qu’au Canada, au Japon, en Chine, en Corée et en Russie. Certains de ses concerts ont fait l’objet de retransmissions télévisées, notamment pour Arte ou pour la NHK (télévision japonaise). En 2011, il enregistre la Rapsodie pour saxophone et orchestre de Claude Debussy avec l’orchestre national de Lyon pour le label Naxos. Il consacre une part importante de son activité artistique au répertoire symphonique avec saxophone au sein d’orchestres de renommée internationale, tels que l’Orchestre de l’Opéra national de Paris, l’Orchestre national de Lyon, l’Ensemble InterContemporain, l’Orchestre national des Pays de la Loire et l’Orchestre de la Suisse Romande. Il est régulièrement invité à donner des master class en Europe et en Asie. Intéressé par la recherche et le développement de nouveaux matériels, il tisse un lien privilégié avec la société Vandoren dont il est conseiller artistique pour la production des becs et anches pour le saxophone. Alexandre Doisy joue les saxophones Yamaha.

Claudine SIMON


Claudine SIMON
piano


Après des études au CNR de Lyon, elle obtient en 2004 un 1er prix de piano mention très bien au CNSMD de Paris (classe de Jean-François Heisser et Marie-Josèphe Jude). Elle fonde en 2003 le trio Estampe (Mathilde Borsarello : violon et Caroline Boïta : violoncelle) qui a obtenu un 1er prix de musique de chambre mention très bien ainsi qu’un prix de perfectionnement (classe de Pierre-LaurentAimard – 3ème cycle cnsmd de Paris). Avec le trio ou comme soliste, elle se produit régulièrement dans de nombreux lieux en France : Opéra de Lyon, La Roque d’Anthéron, l’Opéra Comique, Cité de la Musique, Hôtel National des Invalides, festivals de Tautavel, d’Aix-en-Provence, Rencontres Artistiques de Bel Air… ainsi qu’à l’étranger (tournées en Inde, Chine, Europe…) Elle fait plusieurs enregistrements discographiques, un premier disque en 2010 consacré aux trios de Lili Boulanger, Louise Farrenc et Betsy Jolas (collection jeunes solistes du cnsmdp), puis à l’œuvre solo et quatre mains de la compositrice Mel Bonis (ligia digital 2012), la musique de chambre de Max Bruch avec le Trio Estampe (Arties Record 2014), un disque dédié à l’œuvre pour piano d’Aloys Claussmann (ligia digital 2015), ainsi qu’un disque de musique française avec le saxophoniste Alexandre Doisy (Klarthe 2017) Depuis 2008, tout en maintenant solidement le cap de sa carrière d’interprète, elle ouvre de plus en plus son travail à la création contemporaine et pluridisciplinaire : danse et théâtre, mais aussi musique et cinéma, dans un rôle de concepteur, d’interprète et d’improvisateur. Membre de l’ensemble Op.Cit dirigé par Guillaume Bourgogne qui propose des programmes permettant la rencontre entre musiques écrites et improvisées, elle participe notamment à la création de Cage’s Satie, et à celle du Cabaret Lunaire, d’après Pierrot Lunaire de Schoenberg.

Astrig SIRANOSSIAN


Astrig SIRANOSSIAN
violoncelle


Premier Prix et plusieurs fois Prix Spécial du concours international K. Penderecki, Astrig Siranossian se produit en soliste avec de grands orchestres. Invitée régulièrement par Daniel Barenboim, ses partenaires de musique de chambre ne sont pas moins que Simon Rattle, Antonio Pappano, Yo-Yo Ma, Sol Gabetta, Bertrand Chamayou ou Daniel Ottensamer. Les plus grandes scènes ont déjà accueilli la jeune musicienne : Philharmonie de Paris, Musikverein de Vienne, KKL Luzerne, Casino de Bâle, Opéra de Dijon, Flagey Bruxelles, Théâtre Colon Buenos Aires et Kennedy Center Washington. L’enregistrement réalisé par le label Claves Records en 2018, réunissant les concertos de K. Penderecki et A. Khachaturian remporte les éloges de la presse avec notamment 5 diapasons, 5 étoiles Classica, Clef du mois ResMusica… Le précédent disque comportant des oeuvres de Gabriel Fauré, Francis Poulenc et Komitas avait reçu le prix Musica. Depuis 2015, Astrig Siranossian est artiste en résidence à la Chapelle musicale Reine Elisabeth ainsi qu’à la Fondation Singer-Polignac. Avec le label Évidence, elle enregistre un disque de musique de chambre consacré à Franz Schubert qui sera édité en 2018. En 2016, elle prend la direction artistique des Musicades Romanesques, festival de la ville de Romans qui met en miroir la musique avec les arts mais aussi la gastronomie. Elle apparait sur TF1, France 2 ainsi que les ondes de radio musicales à travers l’Europe et les Etats-Unis. Astrig Siranossian a débuté la musique à l’âge de trois ans. Admise cinq ans plus tard au C.N.R. de Lyon, elle poursuit ses études au C.N.S.M. de Lyon, obtenant à dix-huit ans son diplôme d’études supérieures avec les félicitations du jury. C’est en Suisse, au Conservatoire supérieur de Bâle, qu’elle achève sa formation dans la classe d’Ivan Monighetti, réussissant avec les plus hautes distinctions son master concert et son master soliste. Astrig joue un violoncelle Ruggieri de 1676, généreusement prêté par la Fondation Boubo Music de Binningen.

Quatuor Varèse


Quatuor VARESE
François GALICHET, violon
Julie GEHAN-RODRIGUEZ, violon
Sylvain SEAILLES, alto
Thomas RAVEZ, violoncelle


En juin 2014, le Quatuor Varèse reçoit le 3ème Prix au Concours Paolo Borciani de Reggio Emilia ainsi que le Prix Spécial pour l'interprétation d'une oeuvre contemporaine, saluant sa prestation dans "Arcadiana" de Thomas Adès. En février 2014, le Quatuor obtient le 2ème Prix au Concours International Mozart de Salzbourg ainsi que le Prix Spécial récompensant la meilleure interprétation d'une œuvre de W.A. Mozart. L'ensemble a également reçu de très nombreuses distinctions notamment en 2012, où il remporte brillamment le 1er Prix du concours de la Fondation Hans Schaeuble à Zurich, le 3ème Prix du concours Franz Schubert et la musique de la modernité à Graz (Autriche), et le Prix Jeunes Talents 2012 à Paris. On lui attribue le Grand Prix de l’Académie Ravel à Saint-Jean-de-Luz en 2011 ainsi que le Prix Spécial Quatuor à cordes au Concours Musiques d’Ensemble à Paris. En 2009, il obtient le 2ème Prix ADAMI au Concours International de Musique de Chambre de Lyon et le Prix Lions Rotary. Fondé en 2006 au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon, le Quatuor Varèse a reçu les conseils des quatuors Debussy, Ravel et Danel. Il poursuit ensuite son parcours auprès du Quatuor Ysaÿe et bénéficie grâce à ProQuartet-CEMC et NSKA d'un contact privilégié avec des musiciens de renom tels Heime Müller, Petr Prause, Stefan Metz, Rainer Schmidt et Natalia Prischepenko. Plus récemment, le Quatuor s’est perfectionné auprès de Miguel Da Silva à Genève. L'Instituto Internacional de Música de Cámara de Madrid lui octroie en 2013 une bourse pour suivre les master-classes de Günter Pichler, premier violon du Quatuor Alban Berg. Le Quatuor se produit sur de nombreuses scènes en France et à l'étranger : Staatsbibliothek, Berlin (Allemagne) ; Concertgebouw, Bruges (Belgique) ; Centro Cultural Caja España-Duero, León (Espagne) ; Théâtre National Algérien, Palais de la Culture, Alger (Algérie) ; Caliara Hall, Kilkenny (Irlande) ; Palazzeto Bru Zane, Venise (Italie) ; Tokyo, Iwaki (Japon) ; Vredenburg Leeuwenbergh, Utrecht(Pays-Bas) ; Palais Montcalm, Québec (Québec) ; Hôtel Soubise, Paris... Il est de plus régulièrement invité aux émissions de Stéphane Goldet, Frédéric Lodéon, Gaëlle Le Gallic, Jean-Pierre Derrien et Arnaud Laporte, diffusées sur Radio France et France Musique. Le Quatuor Varèse est soutenu par la Fondation Banque Populaire. La Faculté de Médecine de l'Université Lyon l'accueille généreusement le Quatuor Varèse en résidence depuis l'été 2016. Le Quatuor bénéficie également du soutien de l’association Zilber qui lui prête un violon de Giuseppe Peluzzi et un alto de Giuseppe Guadagnini.

...ET UN COACH DE JARDINS

René CLERC


René CLERC
conseil en jardins


Jardinier paysagiste passionné, René CLERC est formateur au sein du Lycée agricole de Fontaines et du CFPPA de Charolles. Il est coordonnateur de formations diplômantes en travaux paysagers et chargé d’ingénierie de formations en présentiel et à distance. Il est membre du jury permanent de la DRAAF Bourgogne-Franche Comté pour la délivrance des diplômes paysage.
Il intervient également auprès des professionnels paysagistes et des collectivités territoriales de Saône-et-Loire comme responsable de la certification pour l’utilisation et la réduction des produits phytosanitaires.
Par ailleurs créateur de jardins dont il assure la conception, la réalisation et l'entretien, ses connaissances des végétaux, de leur mode de culture, de leur mise en valeur et de leur traitement sanitaire en font un spécialiste reconnu et apprécié de la profession.
Enfin, il anime régulièrement des ateliers sur le thème de la taille fruitière au sein de jardineries en Saône-et-Loire et dans l’Allier.